Retrahant, Ere impériale


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Libération de l'impératrice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bulwaël
Donne ton prix d'abord.
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 28/03/2010

MessageSujet: Libération de l'impératrice   Mer 30 Juin - 2:43

Contrairement à ce qui avait été prévue ce n'était non pas Baldrik, fils de Bulwaël Rrotk duc d'Aquilon mais ce dernier qui se déplaça en personne afin d'entériner la paix qu'il avait déclaré quelques jours plus tôt. Cependant le duc avait l'air contrarié, était-ce l'état de la capitale ? Il est vrai que la Belle n'était plus aussi prestigieuse qu'il y a quelques années et la perte de son financement l'avait quelques peu refroidie. Mais la gène venait d'autre part, sans rapport avec l'argent.

Bulwaël entra dans une salle épée sur la hanche et accompagné de sa garde, les épées resteraient aux fourreaux mais aucun membres de sa famille et surtout lui ne serait plus le captif d'une quelconque prison. En apercevant le duc de Richemont, Bulwaël ne put réprimer une envie de rire tout en laissant échapper :


" Les années n'ont pas été tendre avec vous non plus mon cher duc, deux cadors au bout du chemin, voila ce que nous sommes. "

Puis reprenant son sérieux, vu l'importance de la situation, le duc prit un siège et demanda à ce qu'on lui apporte une lettre que l'un de ses gardes sortit de son manteau.


" Duc de Richemont, je ne reviendrais pas sur l'idée d'une paix entre nos duchés, cependant voici une lettre que ma belle-fille la vicomtesse Tiphaine de Nagor et mon fils, son époux ont reçut de la part du nommé Vertignol de Sévignac, le ravisseur de ma fille au sujet de sa libération. "

Le duc d'Aquilon déroula le parchemin et lut :

Citation :
Madame,

J'ai déjà eu un mot avec le seigneur Bulwaël au sujet de cet enlèvement, et je crains fort ne pouvoir libérer mon otage de sitôt. Le Duc d'Aquilon s'est en effet montré des plus hostiles à mon égard et a refusé de tenir un dialogue censé avec moi. Dans de telles conditions, libérer l'impératrice permettra à ce vindicatif personnage de guerroyer contre moi ainsi que contre mes alliés.

Toutefois, si vous veniez à modérer le Duc d'Aquilon et à le persuader de se tenir à l'écart de mes terres, et si je venais à avoir une preuve, de préférence signée de sa propre main, de sa disposition à accepter mes termes, alors je libérerai votre belle-sœur.

Voilà tout ce que je souhaite.

Avec mes salutations,
Seigneur Vertignol de Sévignac

Bulwaël finit la lettre au bord de l'écœurement et de la rage.

" Il parait que cet homme est votre allié, c'est du moins ce dont il se targue dans ses missives. Un homme qui ne connait pas sa place assurément, vulgaire châtelain, ravisseur de femme, de son impératrice et qui demande à un duc la signature d'un acte se conformant à ses exigences ? Cet homme est un fou et un lâche qui refusa un duel que je lui est lancé. Il n'est apparemment pas près à libérer ma fille. J'ai fait envoyer une copie de cette missive à quelques seigneurs sympathisant à ma cause et à leur impératrice et aimerait savoir quelle est votre position vis à vis de ce margoulin. Sachez seigneur que la libération de ma fille est la condition essentielle à la signature de ce traité mais je veux aussi que l'Ousbre n'ingère pas dans cet affront qui devra être laver."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bayard de Richemont

avatar

Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Libération de l'impératrice   Mer 30 Juin - 3:52

Ephyne avait certes changée du tout au tout depuis quelques temps, et son pillage récent l'avait laissé triste et défiguré. Malgré toute la bonne volonté des forces de l'Ousbre, le pire était à craindre. Serlon était aimé de son peuple, et les forces du Duc s'étaient rapidement retrouvées comptées comme des ennemis et des envahisseurs. Malgré l'aide qu'elle tentait d'apporter à ce peuple désemparé, chaque jour, les blessés -voir parfois les morts- au cours des patrouilles s'en trouvaient de plus en plus nombreux, a tel point que le Quartier Général de l'armée de l'Ousbre commençait à se diviser. Quel était le but de l'armée à Ephyne, quel était le but du Duc, et que faire face à cette violence et toute cette incompréhension ? La tension montait chaque jour et bientôt, des débordements certains seraient à déplorer. Un soldat n'accepte pas éternellement qu'on lui crache dessus alors qu'il est risque sa vie. C'est donc dans ce climat des plus tendus que le Duc d'Aquilon arriva à Ephyne. Il ne fut pas grandement gêné par les forces de l'Ousbre qui respectèrent le cessez-le-feu. On l'emmena alors à l'Hôtel d'Ousbre, ou se trouvait le Duc de Richemont. Le Palais Impérial, quant à lui, était laissé inoccupé, même s'il était toutefois solidement gardé pour empêcher tout nouveau pillage.

Enfin, le Duc d'Ousbre aussi avait changé. Il était désormais un vieil homme abattu et à peine capable de se tenir seul debout. Il portait toutefois toujours de riches vêtements qui mesuraient son haut rang dans la noblesse impériale. Malgré sa faiblesse physique presque palpable, il n'avait rien de négligé. Son port restait haut, et fier. Il était assit dans un siège rembourré de soieries pourpres, et invita le Duc d'Aquilon à en faire autant. Le fait que son vieil ennemi arbore aussi ostensiblement une arme à sa ceinture le fit sourire. Voulait-il symboliser au travers d'elle son titre de Connétable, ou tout simplement que la paix n'avait encore rien d'acquise ?

Toutefois, le Duc d'Ousbre se contenta de sourire à la boutade de son homologue, et d'écouter. A la fin de la lecture qui lui fut faite, il semblait quelque peu agacé, et c'est d'une voix quelque peu faible qu'il s'exprima.

- Que voulez-vous mon bon Duc, l'honneur, le respect et les traditions sont des choses qui se sont perdus chez bon nombre de ces seigneurs. Sévignac n'est pas le seul, votre Marquis de Shekeriin n'est pas en reste, croyez-moi. Je dispose encore des chiffons qu'il a eu le culot de m'envoyer, si vous désirez les lire. Je vous met toutefois en garde, son langage est des plus ordurier, et pourtant, ne suis-je pas Duc, moi aussi ?

Il marqua une pause et se retourna vers son chambellan.

- Mais vous désirez sûrement quelques rafraichissements. Nous avons amené avec nous ce délicieux vin du sud de l'Empire.

Sur ces mots, le chambellan s'inclina et sortit.

- Ma position... Commença-t-il, d'une voix plus faible encore.

- Ma position, reprit-il, cette fois-ci d'un timbre fort et parfaitement audible, n'a pas changé. La libération de votre fille aura lieu, et les négociations avec le sire Vertignol de Sévignac ont actuellement débuté. Je ne vous mentirai pas. Il s'avoue extrêmement réticent, car il faudrait être un fou pour ne pas craindre le courroux d'une maison aussi puissante que la vôtre. Il désire des garanties, chose qui, nous pouvons l'avouer, n'a rien de stupide ni d'inutile.

Toutefois, son fil est ici, à Ephyne. Je puis, si vous le désirez, le faire mander, et vous pourriez ainsi vous expliquer plus directement. Qu'en pensez-vous ?

Le chambellan revint sur l'instant, apportant vins et coupes en argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vertignol de Sévignac
Trop modeste pour être très fier.
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 22
Localisation : Sur du sable
Date d'inscription : 23/09/2007

MessageSujet: Re: Libération de l'impératrice   Mer 30 Juin - 4:32

"Messire ! Messire ! On vous mande au palais de toute urgence."

Léonidas releva les yeux de la missive qu'il venait de recevoir de la part de son père, lui disant qu'une escorte le ramènerait à Sévignac dès que possible.
Un écuyer du duché d'Ousbre accourait vers lui, le sommant de se rendre au palais afin de traiter de diplomatie, de demoiselles captives ou que sais-je encore. Coupant court aux palabres confuses de l'écuyer, il se leva, monta sur son cheval et prit la direction du palais, suivi de près par quatre cavaliers.
Une fois arrivé au palais après un trajet sans encombre (Juste quelques pierres vicieusement lancées à partir d'endroits improbables) , il mit pied à terre et, guidé par l'écuyer, vint d'un pas hâtif à la rencontre du duc d'Ousbre. Il ne s'attendait pas le moins du monde, toutefois, à voir le duc d'Aquilon en ces lieux. Il conserva un visage neutre et s'inclina devant les ducs, puis s'adressa à Bayard :

"Messire de Richemont. Comment vous portez-vous ? Je viens juste de recevoir une lettre de mon père, qui vous envoie ses plus profonds remerciements pour m'avoir sorti de ces cachots... permettez-moi de vous remercier encore, moi aussi."

Il reporta son regard vers le Duc d'Aquilon. Il ne l'avait jamais vu auparavant, toutefois son père lui en avait parlé, ainsi que des autres seigneurs d'Empersiste. C'était un homme plus qu'imposant, malgré son âge avancé, et il semblait prêt à casser quelques membres pour faire passer sa colère. Voyant le teint écarlate du duc, il se douta que l'instant était éminemment grave. Quelle que soit l'affaire dont ils allaient traiter, il allait sûrement devoir faire preuve de tact s'il ne voulait être victime de son ire, d'autant que l'acier battant sa cuisse semblait très affûté.

"Eh bien, messeigneurs, vous m'avez fait mander, et me voici. Quelle est donc cette affaire pressante dont vous voulez me faire part ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bulwaël
Donne ton prix d'abord.
avatar

Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 28/03/2010

MessageSujet: Re: Libération de l'impératrice   Mer 30 Juin - 5:13

Le duc accepta le verre qu'on lui tendait :

" Je ne connais que peu l'histoire qui vous oppose au marquis ne lui ayant pas parlé depuis la campagne de Sanilve mais vous avez raison les usages se perdent. "

la discussion se recentra sur le sujet principal :

" Et à quoi s'attendait cet homme en enlevant l'impératrice ? Il a creusé sa propre tombe en enlevant un membre de la famille royale et de la maison Rrotk. La situation de cet homme m'était complètement indifférente, juste un opportuniste de plus, essayant de planter un couteau dans le dos d'un vieillard. Mais en enlevant ma fille ce seigneur s'est condamné lui-même. Vous devez comprendre mon cher duc que ma provocation en duel tient toujours et que même une fois ma fille libérée je devrais laver l'affront fait à ma famille. La seule "garantie" que je peux offrir à cet homme est une mort rapide. "

Avant même que Bulwaël répondes à la question du duc de Richemont, Un homme entra dans la pièce. C'était le fils du seigneur de Versignac et Bulwaël eu du mal a contenir son envie de mettre l'épée au clair. Mais il savait que cette colère était mal dirigée et quand agissant ainsi, il aurait joué au même manigances que l'homme dont il voulait prendre la tête. Il posa un regard d'acier sur le seigneur et déclara à Richemont :


" Que voulez-vous que je dise à ce galant ? Que son père a enlevé l'impératrice qui est ma fille et que pour ça je vais devoir le tuer ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bayard de Richemont

avatar

Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Libération de l'impératrice   Mer 30 Juin - 5:26

Le Duc répondit au tac au tac.

- Notez toutefois que c'est suite à cet évènement fâcheux que nos deux duchés ne sont pas en train de se livrer à une énième lutte fratricide.

Voyant entrer le sire Léonidas de Sévignac, Bayard se tut à son tour et salua rapidement de la tête le jeune homme. Visiblement, c'était à lui de s'exprimer, puisque les deux Ducs le consentaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Libération de l'impératrice   

Revenir en haut Aller en bas
 
Libération de l'impératrice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Impératrice Eugénie revient mourir en Espagne.....
» Chapelet de la libération ! Apporte de nombreuses guérisons et libérations.
» Le précieux ornement de la libération
» Sainte Adélaïde Impératrice du Saint Empire, Bienheureuse Marie des Anges Carmélites, commentaire du jour "Qu'êtes-vous allés voir au désert ?"
» Livres conseillés : Le soûtra de la libération individuelle (Shabkar)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Retrahant, Ere impériale :: ¤ Role Play ¤ :: Histoire & Diplomatie-
Sauter vers: